Histoire

Notre mouvement est à la fois le plus ancien parti politique français et un des plus jeunes. Fondé en 1973, il se rattache, par ses origines, son esprit et son nom, à une tradition qui remonte au milieu du XIX ème siècle. Le radicalisme et les radicaux jouent en effet un rôle essentiel dans la vie politique française depuis près d’un siècle et demi.

Les Radicaux contre la monarchie

Sous la restauration et sous la monarchie de juillet, des hommes comme Garnier-Pages, Ledru-Rollin, sont les premiers en France à se proclamer « radicaux », parce qu’ils sont partisans de réformes en profondeur. Ils sont fiers d’être « les fils » de la Révolution Française dont ils affirment vouloir tirer « toutes les conséquences ». Ce sont eux qui animent la gauche et même l’extrême du « parti républicain ». A la fin du second empire, une nouvelle génération, mieux adaptée à la société industrielle naissance, prend la relève: Jules Simon, Jules Ferry, Jules Grévy et surtout Léon Gambetta. Le programme que Gambetta soumet en 1869 à Paris aux élections de Belleville résume l’essentiel des réformes proposées à cette époque par les radicaux de gauche. Beaucoup sont encore d’actualité.

Les radicaux, défenseurs et fondateurs de la IIIème république

Sous la IIIème république, les radicaux, unis sous la direction de Gambetta contre l’ordre moral et le régime autoritaire de Mac-Mahon, se divisent après 1880, lorsque la République appartient enfin aux républicains.

C’est Clemanceau qui prend la tête de la tendance de gauche, cependant que Jules Ferry et Léon Gambetta se tournent vers le centre et vers « l’opportunisme ». Jusqu’en 1902, les radicaux, qui n’hésitent jamais à s’associer aux gouvernements de défense républicaine contre le boulangisme et la montée du nationalisme, après le scandale de Panama, et plus tard contre l’agitation d’extrême droite provoquée par l’affaire Dreyfus, sont bien plus souvent dans l’opposition qu’au pouvoir. Pourtant, c’est l’esprit du radicalisme qui inspire les grandes lois de cette période où la démocratie politique s’organise et se structure : loi de 1881 sur la liberté d’expression, loi de 1884 sur les conseils municipaux et sur les syndicats, lois sur l’enseignement primaire, gratuit, obligatoire et laïque, révision de la constitution de 1875, loi de 1901 sur les associations.

Création du Parti radical-socialiste

En 1901, sous l’impulsion de Léon Bourgeois notamment, personnalité respectable et respectée, homme politique courageux qui, cinq années auparavant, alors qu’il était président de conseil, avait proposé au Parlement, sans succès d’ailleurs, le vote « d’un impôt progressif sur le revenu » les radicaux décident de fédérer leurs diverses tendances et de s’organiser pour gagner les élections législatives de 1902 qui doivent être décisives dans une France où s’opposent « bloc des gauches » et « bloc des droites ». Le parti « républicain, radical et radical-socialiste » est crée. Il tiendra pendant quarante ans le premier rôle dans la vie politique française.

Les trois grands chefs du radicalisme avant la première guerre : Combes, Clemenceau, Caillaux

Dans la « France radicale » d’avant la guerre de 1914, trois noms jalonnent l’action politique. Combes d’abord, le « petit père » Combes, modeste et énergique, anticlérical mais spiritualiste fervent, symbole de la lutte pour la liberté de penser. Gouvernant, après la victoire de la gauche en 1902, en s’appuyant sur une majorité regroupant les progressistes dissidents, les radicaux, les radicaux-socialistes et les socialistes de Jaurès, il liquide la question des congrégations. Un peu plus tard, en 1905, alors qu’il n’est plus au pouvoir et que les socialistes ont rompu le bloc des gauches, c’est son esprit qui inspire la loi de séparation des Églises et de l’état, qui donne une assise juridique à la laïcité de l’état.

La deuxième grande figure du Parti radical-socialiste durant cette période est le vieux lutteur Georges Clemenceau. Après le succès des radicaux aux élections de 1906, il devient président du conseil. Il gouverne avec fermeté, à la fois contre la droite et contre les socialistes, dans les remous d’une agitation sociale grandissante. Mais le parti radical, une fois acquise la victoire de la laïcité, se divise. Clemenceau en démissionne en 1909. Aux élections de 1910, les radicaux perdent des voix et des sièges. Alors apparaît Joseph Caillaux, grand bourgeois, fils d’un ministre de Mac-Mahon, mais esprit généreux et passionné de paix. Président du Conseil en 1911, il concentre ses efforts sur l’impôt sur le revenu qui sera voté quelques années plus tard, sur une politique de détente et de négociation avec l’Allemagne et sur le refus de prolongation de trois ans de la durée du service militaire. Inspecteur des finances nourri de chiffres, il donne au parti, lorsqu’il en a été élu président en 1913, un visage plus moderne et un peu technocratique.

Les radicaux au pouvoir après la Première Guerre Mondiale : Herriot

Après la guerre, où il tient efficacement sa place dans « l’union sacrée », le vent qui souffle vers la droite et le nationalisme ne favorise pas d’abord le Parti radical-socialiste. Mais, relevé très vite de son échec provisoire aux élections de 1919, il occupera entre les deux guerres le devant de la scène politique de manière presque ininterrompue. Dès 1923, Edouard Herriot sera l’artisan de ce réveil et demeurera la figure dominante du parti jusqu’en 1940 et même bien au-delà. Edouard Daladier jouera à ses côtés et parfois contre lui un rôle non moins prestigieux, mais souvent décisif. Durant cette période, le parti radical-socialiste a été presque toujours associé au pouvoir. S’alliant tantôt à droite, tantôt à gauche, il a pu donner l’impression qu’il pratiquait volontairement, pour s’y maintenir, une politique de bascule. C’est que situé à la charnière de toutes les majorités possibles, campant plus du quart des députés, dominant beaucoup de grandes villes et de nombreux conseils généraux, son concours était nécessaire pour préserver toutes les vicissitudes de la politique, une certaine stabilité politique et pour éviter les affrontements brutaux. » C’est peut-être un Parti Radical qui a manqué à l’Espagne en 1936″. C’est la revue « Esprit » pourtant bien éloignée du radicalisme, qui a écrit ces lignes.

D’ailleurs, malgré l’étendue des responsabilités qu’il a alors assumées, malgré l’inévitable « pourrissement » du pouvoir, le personnel radical fut -tous les historiens le reconnaissent- consciencieux et honnête, soucieux des affaires de l’état et fidèle à sa philosophie politique.

Le bilan de l’action des radicaux est largement positif. Herriot a été un ministre des Affaires étrangères lucide et passionné de justice internationale. Le reconnaissance de l’URSS, la liquidation du contentieux avec l’Allemagne, le renouveau de l’Alliance avec l’Angleterre et les Etats-Unis, les efforts poursuivis tenacement pour donner à la Société des Nations une efficacité réelle, la résistance à l’impérialisme de l’Italie fasciste et aux entreprises guerrières de l’Allemagne hitlérienne témoignent de sa volonté de paix, de son patriotisme et de sa clairvoyance.

Herriot a été un excellent ministre de « l’Instruction Publique ». Il a, un des premiers, compris l’importance capitale de l’enseignement technique et son projet de l’école unique constitue l’amorce d’un système cohérent englobant tous les niveaux de l’Education Nationale sans barrière, ni cloisons : idée féconde dont on n’a pas fini de tirer toutes les conséquences. Quant à Jean Zay, les initiatives qu’il a prises quand il était ministre du Front populaire permettent de voir en lui le précurseur d’une organisation moderne et démocratique de l’enseignement.

Le Front Populaire

Même dans le domaine économique et social, malgré l’atmosphère d’une époque où le vent soufflait dans cette direction, les radicaux peuvent à juste titre inscrire à leur actif quelques réalisations importantes. Faute de pouvoir atteindre tous les objectifs qu’ils proposaient dans leurs programme ils n’ont jamais disposé, même en 1924, d’une majorité cohérente et résolue sur ces problèmes. ils ont approuvé, voté ou fait voter plusieurs lois qui allaient dans le sens de leurs propositions, notamment les lois sur les assurances sociales et les allocations familiales.

Déclin et résurrection du radicalisme après la Seconde Guerre Mondiale

L’immédiate après-guerre fut une période difficile pour le parti radical. Il supportait presque à lui tout seul – la droite était, en apparence du moins, absente de la carte polémique  – le discrédit qui pesait alors sur la IIIème République. On oubliait qu’il avait donné, comme tous les partis, de nombreux résistants à la patrie et même quelquefois des héros comme Jean Moulin. Pour beaucoup de Français, il incarnait un passé que l’on voulait oublier.

Patiemment, quelques hommes, groupés autour d’Edouard Herriot, d’Edouard Daladier, d’Henri Quieille, luttèrent contre le « tripartisme », ce système qui instituait autour du Général de Gaulle, puis sans lui et bientôt contre lui, le partage du pouvoir et de l’État entre les trois partis qui dominaient alors la scène politique : le MRP, la SFIO et le Parti Communiste. En 1947, les radicaux reprennent audience et influence : Herriot est élu président de l’Assemblée Nationale, et Gaston Monnerville président du Conseil de la République. La rupture du tripartisme qui rejette les communistes dans l’opposition et la constitution autour du Général de Gaulle d’un Rassemblement qui déclare la guerre au pouvoir en place, les rendent de nouveau indispensables à la constitution d’une majorité. Ils retrouvent, avec André Marie, Henri Queuille, René Mayer, Edgar Faure, le chemin de la présidence du Conseil.

Le gouvernement de Pierre Mendès-France

En juin 1954, après une première investiture manquée quelques semaines plus tôt, Pierre Mendès-France constitue un gouvernement. Ses sept mois d’exercice du pouvoir, tant par son style d’action que par les décisions prises, marqueront profondément le pays. Il trancha des problèmes que l’on avait laissé pourrir : la guerre d’Indochine, le réarmement de l’Allemagne, l’indépendance de la Tunisie. « Gouverner c’est choisir ». Cette leçon qu’il donnait par ses actes rejoignait la tradition des radicaux fondateurs de la République, hommes de gouvernement et hommes d’état. En même temps, son refus des idées toutes faites et sa volonté de rechercher, en dehors des sentiers battus, des solutions neuves aux problèmes économiques et financiers, retrouvaient les sources du véritable esprit radical.

Pierre Mendès-France marqua aussi profondément la vie du Parti Radical. Il lui donna des structures plus solides et surtout un esprit et un élan nouveaux. Le rayonnement de son action et le prestige de sa personnalité attirèrent de nombreux Français séduits par la clarté de ses conceptions politiques et par la vigueur de ses initiatives. C’est un parti rajeuni et plein d’ardeur qui affronta les élections de 1955 allé au sein du « Front républicain » avec la SFIO et quelques rescapés du naufrage du RPF.

De Gaulle au pouvoir, les Radicaux dans l’opposition

Après l’échec du Front républicain qui, victorieux aux élections, se brisa, malgré les efforts de Mendès-France, sur la guerre d’Algérie, la voie était ouverte au Général De Gaulle. Son arrivée au pouvoir rejeta les radicaux, après quelques mois d’hésitation, dans une opposition de principe à un régime de caractère autocratique, contre lequel Gaston Monnerville dressa, en 1962, au congrès de Vichy, à propos du référendum sur l’élection du Président de la République au suffrage universel, un réquisitoire d’une éloquence passionnée et d’une argumentation étayée. Contre ce régime qu’il condamnait, le Parti Radical mena le combat avec toutes ses forces. Il soutint la candidature de Gaston Deferre à la présidence de la République en 1965 et après le retrait du leader socialiste, celle de François Mitterrand. Membre à part entière de la Fédération de la Gauche démocrate et socialiste, aux côtés de la SFIO et de la Convention des Institutions Républicaines de François Mitterrand, il profita en 1967 du courant qui portait le pays vers la gauche, mais il subit durement le contrecoup des événements de 1968.

Naissance du Mouvement des Radicaux de Gauche

En 1969, la nomination de Jean-Jacques Servan-Schreiber au secrétariat national lui donna un élan nouveau qui retomba un an plus tard après la malheureusement candidature de son nouveau leader contre Chaban-Delmas à Bordeaux. En 1971, le parti socialiste se rénove et se rajeunit sous la direction de FrançoisMitterrand. Il s’ouvre aussi vers sa gauche en entamant des conversations avec le parti communiste. Les Radicaux, sont une fois de plus, à la croisée des chemins. Il leur faut choisir entre l’union de la Gauche qui se prépare et l’alliance avec le centre. C’est l’enjeu du Congrès de Suresnes, dont Jean-Jacques Servan-Schreiber sort victorieux. Robert Fabre et la plupart des députés radicaux, refusant de se laisser pousser à droite, convaincus qu’une politique de réformes est impossible sans alliance avec les grands partis de gauche, conscients aussi des servitudes du scrutin majoritaire, concluent un pacte avec le parti socialiste et, quelques mois plus tard, signent le programme commun, après avoir obtenu de leurs partenaires la rédaction d’une annexe reprenant les thèmes majeurs du radicalisme.

En mars 1973, les électeurs leur donnent raison : le pays se divise en deux blocs, ruinant les espoirs de ceux qui espéraient pouvoir éviter le choix difficile entre droite et gauche. En décembre 1973, un Congrès extraordinaire décide de la création du Mouvement des Radicaux de Gauche. Quelques mois plus tard, le MRG est le premier parti de la gauche unie à demander à François Mitterrand de poser sa candidature à la présidence de la République.

Sous la présidence de Robert Fabre, le MRG fait entendre, aux côtés des socialistes et des communistes, un discours réaliste, celui d’une gauche qui valorise l’initiative et privilégie l’individu et les libertés. Avec la candidature de Michel Crépeau à l’élection présidentielle de 1981, le MRG propose aux Français un programme, l’Avenir en face, attaché au libéralisme en matière économique, vigoureusement progressiste en matière sociale, soucieux des libertés individuelles et du respect de l’environnement. Au sein des gouvernements de gauche depuis 1981, les radicaux participent à la mise en oeuvre des grandes réformes qui font entrer dans la réalité les idéaux d’humanisme et de solidarité. En 1984, sous l’impulsion de Jean-Michel Baylet, le MRG prend l’initiative d’un regroupement des radicaux et des écologistes pour les élections européennes. La liste Entente Radicale Ecologiste propose aux Français la mise en place des Etats-Unis d’Europe, pour une Europe plus forte, plus démocratique et plus solidaire. En 1988, les radicaux de gauche soutiennent la candidature de François Mitterrand. En 1992, Jean-François Hory est élu au Congrès de Lyon afin de redonner une visibilité politique au MRG.

Au prix d’une rénovation interne très forte et à la faveur de l’adhésion au mouvement de Bernard Tapie, le MRG conduit une liste en 1994 pour les élections européennes qui totalisera plus de 12,5 % des voix. Cette élection permet aux radicaux de faire connaître à de nouvelles couches de la population le message radical. Le MRG devenu RADICAL lors du Congrès du Bourget en 1994, Parti Radical Socialiste en Août 1996 puis Parti Radical de Gauche en 1998 cherche à renouveler les idées.

En 1997, les Radicaux participent à la victoire de la gauche plurielle (PS-PRG-PC-Verts et MDC) et comptent à l’issue de ces élections 15 députés et un groupe à l’Assemblée Nationale présidé par Michel Crépeau, député-Maire de La Rochelle. Avec deux ministres au gouvernement (Émile Zuccarelli et Jacques Dondoux), les Radicaux participent aux réformes conduites par Lionel Jospin.

Au mois de Juillet 1999, François Huward remplace Jacques Dondoux au Secrétariat d’Etat au Commerce Extérieur. En Mars 2000, Emile Zuccarelli quitte le gouvernement et le Ministère de la Fonction Publique. Le PRG sera représenté au gouvernement par Roger-Gérard Schwartzenberg comme Ministre de la Recherche, de la Technologie et de l’Espace. François Huward conserve le Secrétariat d’Etat au Commerce extérieur.

Les années 2000 : un renouveau du Radicalisme

Le Premier Décembre 2001, lors d’une convention nationale, le Parti Radical de Gauche décide de se lancer dans la course de l’élection présidentielle de 2002 en présentant la candidature de Christiane Taubira, députée de Guyane. Elle recueillera 2,32 % des suffrages exprimés. La gauche est éliminée du second tour de l’élection présidentielle, Jacques Chirac s’installe à l’Elysée pour un mandat de cinq ans. Lors des élections législatives de juin, la gauche est défaite. Le PRG compte neuf députés au lieu de 12.

Le Parti Radical de Gauche réuni à Toulouse en congrès les 4, 5 et 6 Octobre 2002 réaffirme son autonomie tout en considérant que dans le contexte politique du moment il doit jouer sereinement un rôle moteur d’initiative pour le rassemblement de la gauche.

Lors des élections régionales de 2004, les Radicaux de Gauche enregistrent une progression du nombre de leurs conseillers régionaux mais une stabilisation du nombre de leurs conseillers généraux. Lors des élections européennes de juin 2004, le Parti Radical de Gauche présente trois listes. Les têtes de listes seront Jo Le Guen pour la circonscription Ouest, Christiane Taubira pour l’Île-de-France et Julien Duquenne pour le Nord-Ouest.

Les 11 et 12 Décembre 2004, lors du Congrès de Lyon, les Radicaux de Gauche reconduisent à la présidence du Parti Jean-Michel Baylet. Ce dernier a alors un double objectif : réorganiser le parti et démontrer l’actualité des valeurs et des propositions des Radicaux de Gauche. Le congrès approuvera également le principe d’une candidature radicale de gauche au premier tour de l’élection présidentielle de 2007.

Mais deux ans plus tard, les 20 et 21 octobre 2006, lors d’un congrès extraordinaire le Parti Radical de Gauche décide de soutenir le candidat du Parti Socialiste dès le premier tour de l’élection présidentielle (qui sera Ségolène Royal) en échange d’un accord législatif et programmatique. Christiane Taubira, députée de Guyane, qui souhaitait défendre les couleurs du radicalisme de gauche lors de l’élection présidentielle de 2007 n’obtient pas le soutien du PRG.

Menant une opposition résolue mais constructive pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy (2007 – 2012), le PRG approuve la réforme constitutionnelle de 2008, qui donne des pouvoirs étendus au Parlement. Ayant défendu, dès 2005, l’idée de primaires ouvertes à gauche, le PRG y participe en 2011, à travers la candidature de Jean-Michel Baylet. Soutien de François Hollande pendant la campagne de l’élection présidentielle de 2012, les Radicaux de Gauche prennent part à l’alternance, et deux ministres PRG entrent dans le premier gouvernement Ayrault : Christiane Taubira (garde des sceaux, ministre de la justice) et Sylvia Pinel (ministre déléguée à l’artisanat, au commerce et au tourisme).

Soutien de François Hollande pendant la campagne de l’élection présidentielle de 2012, les Radicaux de gauche prennent part à l’alternance. L’ancienne candidate à l’élection présidentielle du P.R.G. Christiane Taubira entre en gouvernement (Garde des Sceaux, ministre de la justice) ainsi que Sylvia Pinel (ministre déléguée à l’artisanat, au commerce et au tourisme).

Après les élections législatives de juin 2012, un nouveau gouvernement sous la conduite de Jean-Marc Ayrault est formé. Christiane Taubira reste ministre de la justice. Sylvia Pinel devient ministre de plein excercice en charge de l’artisanat, du commerce et du tourisme. Anne-Marie Escoffier est ministre déléguée à la décentralisation.  Lorsque Manuel Valls le 2 avril 2014, succède à Jean-Marc Ayrault il forme un gouvernement PS-PRG. Christiane Taubira est confirmée à son poste. Sylvia Pinel devient ministre du logement et de l’égalité des territoires. Elle remplace Cécile Duflot qui quitte avec les écologistes le gouvernement. Deux Secrétaires d’Etat PRG participent au gouvernement : Annick Girardin, secrétaire d’Etat chargée du développement et de la francophonie, Thierry Braillard, secrétaire d’état chargé des sports.

Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookCheck Our Feed