L’Europe et nos territoires, au cœur des préoccupations des Radicaux de Gauche

Au moment où Michel Penhouët (maire PRG de Saint-Lunaire et conseiller général de Dinard) s’exprimait devant la Maison de l’Europe, la Fédération d’Ille-et-Vilaine du Parti Radical de Gauche s’est réunie en Assemblée générale le samedi 16 février 2013 à Saint-Grégoire. L’occasion pour les Radicaux de Gauche de s’interroger sur la situation dans laquelle se trouve la construction européenne aujourd’hui.

Ils ont regretté fortement la baisse du budget européen, qui est un mauvais signe adressé aux citoyens et qui va alimenter l’euroscepticisme. C’est également un mauvais signe adressé au reste du monde, qui pourra constater que nous sommes incapables de créer une Europe politique.

De ce point de vue, le PRG 35 constate que le bilan du sommet européen n’est pas à la hauteur des enjeux et des attentes du moment (relance, infrastructures ferroviaires et haut-débit). Les Radicaux de Gauche d’Ille-et-Vilaine se sont clairement prononcés pour la constitution d’une liste radicale pour les prochaines élections européennes, accompagnée d’un retour à une circonscription électorale unique nationale.

Le PRG 35 tient également à faire part de son opposition au mode de scrutin envisagé pour les prochaines élections départementales. Il souligne son attachement à une représentation de l’ensemble des territoires. Le Parti Radical de Gauche rappelle que si toutes les forces politiques, de droite comme de gauche, sont d’accord sur la nécessité de réduire les écarts de population manifestement excessifs d’un canton à un autre au sein d’un même département, la loi sur le conseiller territorial, votée en 2010 à l’initiative de Nicolas Sarkozy, massacrait les territoires ruraux et créait le cumul automatique des fonctions de conseillers généraux et régionaux… Il était donc impératif d’abolir cette loi.

Pour autant, si la Fédération d’Ille-et-Vilaine du PRG salue dans le nouveau projet de loi la double avancée que constituent la parité et le maintien du scrutin majoritaire nominal (qui seul garantit le « contrat de confiance » direct entre élus et électeurs), elle déplore fortement que l’amélioration de la représentation l’ensemble des territoires – ruraux et urbains – ne ne soit pas plus importante. Le système du binôme ne sera pas lisible pour les électeurs et impose la création de trop grands cantons en zone rurale.

En conséquence, les Radicaux de Gauche demandent que les spécificités de tous les territoires territoires soient prises en compte ainsi que des critères de superficie et/ou de nombre de communes. À ce système de binôme, le PRG préfère enfin un scrutin mixte : majoritaire en zone rurale et proportionnel en zone urbaine. Pour le PRG c’est au prix de la reconnaissance des spécificités des territoires, et singulièrement des territoires ruraux, que sera réussie la réforme.

Laisser un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookCheck Our Feed