Échec des négociations entre Jean-Yves Le Drian et Europe Écologie : après les Radicaux, voici venu le tour des écolos !

Le Parti Radical de Gauche constate, à la lumière des événements ayant abouti à l’échec des négociations entre Jean-Yves Le Drian et la liste Europe Écologie, que le refus de l’union et du rassemblement est toujours basé sur les mêmes arguments péremptoires.

Aujourd’hui, Jean-Yves Le Drian et les socialistes déclarent : « A vouloir trop, on perd tout ». Le 30 janvier dernier, quand le PRG comprenait qu’il était écarté de la liste d’union de la gauche, le même Jean-Yves Le Drian expliquait déjà à la presse : « Quand on demande trop, on finit par avoir moins ». La tête de liste socialiste manque-t-elle cruellement de vocabulaire ?

Avec ces mots, le Parti socialiste reste égal à lui-même, c’est-à-dire arrogant, sûr de lui et dominateur.

Cette obsession de Jean-Yves Le Drian à rabaisser ses partenaires à coup de déclarations martiales est inquiétante. Car en même temps, Jean-Yves Le Drian signe, avec ses amis élus socialistes nationaux, des appels à l’union de la gauche comme par exemple dans Libération le 23 février 2010.

« L’élection présidentielle de 2012 et l’élection législative doivent être gagnées par tous ceux qui souhaitent réformer la société, gauche, toute la gauche, socialistes, radicaux, communistes, les écologistes, les démocrates du centre et jusqu’à ceux pour qui le gaullisme signifie le refus de la soumission de l’État aux intérêts particuliers. (…) Les régionales doivent être le banc d’essai de cette convergence pour que le rassemblement de toutes les forces au deuxième tour permette une victoire qui en annonce d’autres. »

Jean-Yves Le Drian lit-il vraiment ce qu’il signe ?

En fait, la tête de liste PS (au contraire d’autres grands élus socialistes de notre région, qui ont toujours su réaliser l’union) s’affranchit totalement des accords nationaux qui peuvent exister avec d’autres formations politiques, et qui pourtant devraient être le cadre de partenariats respectueux.

Le rapport difficile de Jean-Yves Le Drian à l’altérité, son acceptation toute relative de la différence, du compromis et de la négociation obèrent grandement la préparation des échéances futures, notamment sur le plan national.

Dans l’immédiat, et comme avant le premier tour, le Parti Radical de Gauche renouvelle son soutien à la liste Europe Écologie Bretagne, conduite par Guy Hascoët.

Pour le bureau régional,

Honoré Puil

Laisser un commentaire.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Visit Us On TwitterVisit Us On FacebookCheck Our Feed